Chenilles processionnaires

De quelques mm à 4 cm selon le stade de développement et de couleur brune noirâtre avec des taches rougeâtres sur le dessus et les flancs, les chenilles processionnaires ont face ventrale jaune. Le corps est fortement velu et couvert de soies urticantes et allergisantes.

La chenille processionnaire du pin est la larve d’un papillon de nuit, le Thaumetopoea pityocampa. Le papillon qui est la forme adulte de la chenille, éclos durant l’été entre juin et septembre selon le climat. La femelle recherche un pin et dans une moindre mesure un cèdre pour y pondre ses œufs. Ceux-ci sont déposés en rangées parallèles par paquets de 150 à 320, formant un manchon gris argenté recouvert d’écailles, long de 2 à 5 centimètres sur les rameaux ou les aiguilles de pin. Les papillons sont nocturnes et ne vivent généralement pas plus d’une nuit. Le papillon est gris avec des motifs noirs et des taches blanchâtres. L’éclosion a lieu cinq à six semaines après la ponte. L’éclosion donne naissance à des larves (chenilles) qui muent cinq fois ce qui leur permettra de grandir de quelques millimètres à 4 centimètres. Ces étapes ont lieu dans des nids lâches en été, puis, à partir de la quatrième mue, dans des nids d’hiver tissés de plus en plus denses. Le nid d’hiver est construit dès les premiers froids de novembre pour protéger les chenilles qui en sortent pour se nourrir quand il fait plus chaud. Il se situe dans les endroits bien exposés des arbres comme à la cime ou à l’extrémité des branches.

La vitesse de croissance des larves dépend de la température (et donc de l’altitude et de la latitude). Dès leur éclosion, les chenilles commencent à dévorer les aiguilles de pin et se mettent à tisser des nids de soie dans lesquels elles restent cachées pour s’alimenter. Lorsqu’elles changent de nid, elles se déplacent en « procession ». La cohésion de la file en déplacement est assurée par le contact direct entre les chenilles.

Au printemps (mars-avril), toutes les chenilles d’un même cocon quittent leur nid, toujours en procession, pour s’enfouir dans le sol. Chacune des chenilles va tisser un cocon avant de se transformer en chrysalide.

Au bout de plusieurs mois, les chenilles se métamorphosent en papillons adultes qui sortent de terre et s’envolent. Et le cycle recommence…

Dégâts engendrés par la chenille processionnaire

  • Affaiblissement important des arbres par le fait qu’elle se nourrit des aiguilles
  • Allergies et urtication : La chenille processionnaire est un nuisible dangereux pour l’Homme et les animaux. Elle possède des milliers de poils urticants qui seront libérés en cas de danger. Ils sont la cause de réactions allergiques plus ou moins violentes qui vont de la simple urtication au choc anaphylactique.

Recommandations et conseils

  • Si votre animal domestique rentre en contact avec une chenille, et que certains signes apparaissent tels qu’une forte salivation, gonflement des babines et de la langue…., l’emmener de toute urgence chez votre vétérinaire
  • En cas de procession des chenilles, ne pas les approcher et les laisser s’enterrer. Evitez de laisser jouer les enfants dans l’herbe et évitez de tondre la pelouse
  • Arrosez votre sol au niveau de la procession pour éviter l’envol des poils

Comment lutter contre ces chenilles processionnaires ?

Selon le stade de développement des chenilles, on adaptera un traitement spécifique :

  • De septembre à janvier : Echenillage des nids pour ensuite les bruler
  • De novembre à avril : mise en place d’éco-piège qui pourra être utilisé comme moyen unique car il présente un fort taux de réussite
  • De juin à août : piégeage par phéromones
  • Traitements phytosanitaires biologiques ou chimiques
  • Pose de nichoirs à mésanges, prédateurs naturels de la chenille
En cas de présence de chenilles processionnaires, n’attendez plus !
Faites appel à Rhône-Alpes Hygiène 3D. Nos experts vous conseilleront le meilleur traitement pour résoudre votre problème.