Campagnol

Les campagnols sont des petits rongeurs herbivores gloutons. En France, on distingue 2 types de campagnols : le campagnol terrestre et le campagnol des champs. En effet, les campagnols se déplacent sous terre en creusant un réseau de galeries complexes plus ou moins profondes. Les galeries des campagnols des champs sont parfois à ciel ouvert. Quant à celles des campagnols terrestres, on peut les deviner grâce à la présence de monticules de terre à leur entrée, assez semblables à des taupinières. Ils sont végétariens ; ils se nourrissent principalement de pousses d’herbes, de luzerne et de céréales, de graines, de racines et bulbes, provoquant de nombreux dégâts.

Le campagnol vie généralement moins d’un an, mais cela ne l’empêche pas de se multiplier à grande vitesse. En effet, il atteint sa maturité sexuelle dès l’âge de 1,5 mois et peut se reproduire presque toute l’année. Sa gestation ne dure que 21 jours. Un campagnol peut avoir autour de 5 portées par an, le nombre de portées étant dépendant de l’environnement de l’animal et une portée est constituée de 4-6 petits campagnols en moyenne. Faites le calcul, l’augmentation de la population de campagnol peut exploser en une année !

Le campagnol terrestre

Le campagnol terrestre est aussi nommé ‘Rat taupier’ car il colonise souvent le réseau de galeries des taupes. Il se plaît dans les jardins, les vergers et les prairies où il trouve toute l’alimentation nécessaire à son vorace appétit. Il adore les racines charnues des légumineuses et les rhizomes. Il avale tous les jours l’équivalent de son poids en racine. Là encore, il s’agit d’un champion de la reproduction puisque la maturité sexuelle est atteinte à l’âge de 1,5 mois. La femelle peut donner naissance de 4 à 6 portées par an chacune constituée de 4 à 6 petits en moyenne. La durée de vie d’un campagnol n’excède jamais 1 an. Il est très présent dans l’Est de la France, et notamment dans les régions montagneuses comme le Jura ou les Hautes Alpes.

De 12 à 22 cm sans la queue

De 60 à 120 g

Pelage brun foncé dessus, plus clair en dessous

photo de campagnol terrestre rah 3d
photo de campagnol des champs rah 3d

Le campagnol des champs

Le campagnol des champs apprécie tout particulièrement les bulbes, les racines, les céréales et les graines. Il ne rechigne pas non plus à s’attaquer aux jeunes pousses. Il avale chaque jour 2 fois son poids en matière verte. Le campagnol des champs est fréquent dans les champs et les prairies à végétation rase, mais il se rencontre également dans les parcs, les forêts clairsemées, sur les accotements des chemins. En hiver, il peut s’installer dans les granges ou sous les meules de paille. On le trouve jusqu’à environ 2 000 m en montagne.
Il creuse des galeries très ramifiées, pourvues de nombreuses issues reliées entre elles par des coulées bien visibles dans l’herbe. Le nid d’herbes sèches, en forme de boule, peut se trouver jusqu’à 50 cm sous terre.
Sa maturité sexuelle est atteinte à 1 mois. La femelle peut avoir jusqu’à 5 portées par an, chacune constituée de 3 à 10 petits. Le campagnol des champs est présent dans toute l’Europe et dans quasiment toutes les régions françaises.

De 9 à 12 cm sans la queue

Poids de 20 à 50 g

Pelage brun gris au-dessus et gris à gris jaunâtre au-dessous

Dégâts occasionnés par le campagnol :

  • Dégâts importants dans les cultures agricoles, les vergers, les jardins privés ou les potagers bio du fait qu’ils rongent les racines.
  • Impact agricole : pertes économiques liées à la destruction des récoltes
  • Enjeu pour la santé humaine et animale puisqu’il constitue un réservoir de parasites ou de maladies comme par exemple l’échinococcose alvéolaire et il est une des causes indirectes de la maladie du poumon du fermier

Recommandations et conseils :

  • Il est utile dans un premier temps de favoriser la biodiversité pour que les prédateurs du campagnol soit nombreux. Ainsi Implanter une haie, former un tas de pierres (belettes, fouines), installer des perchoirs et des nichoirs à rapaces en bordure de la zone infestée ou accueillir un chat sont donc les premières actions à mener.
  • Évitez la proximité de prairies d'herbes hautes tout près de votre potager où verger car le campagnol apprécie ces zones où il peut se déplacer à l'abri du regard de ses prédateurs.
  • La méthode la plus radicale consiste à poser des pièges même si cela reste assez onéreux en terme de temps et d’argent.
  • Les méthodes chimiques telles que l’envoi de gaz toxiques dans les galeries ou la mise en place d’appâts anticoagulants, sont à éviter car elles présentent un risque important d’intoxication des espèces non ciblées (animaux sauvages, animaux domestiques ou encore l’Homme.).
Ne laissez plus ces indésirables détruire votre terrain et vos récoltes !
Faites appel à Rhône-Alpes Hygiène 3D, votre spécialiste en lutte anti-parasitaires.